07 71 81 16 00 f.desuremain@tutamail.com
cabinet AVANTI - 106 cours de Vincennes - 75012 PARIS

Qu’est-ce que l’hypnose clinique?

L’état d’hypnose: un phénomène physiologique naturel et banal

L’hypnose clinique diffère de l’hypnose spectacle communément connue du grand public et exhibée dans les théâtres ou les shows télévisées.

L’hypnose clinique est un processus thérapeutique qui aide les personnes à mobiliser certaines de leurs ressources naturelles non conscientes.

En tant qu’être humain, nous vivons tous au quotidien et de façon naturelle, des moments où notre état de conscience est modifié. Cela arrive chaque fois que notre attention est absorbée par une tâche que nous réalisons mécaniquement, sans y réfléchir, tout en laissant voguer notre imagination ailleurs. C’est la cas lorsque nous conduisons, lorsque nous cuisinons, dansons, jouons de la musique, lisons ou regardons un film… Durant tous ces moments (et bien d’autres!) nous expérimentons une « transe quotidienne ordinaire ». Nous traversons ce type d’état hypnotique, chaque jour, toutes les 90 à 100 minutes. Ces états ont en commun un déplacement spontané de notre attention vers des stimuli internes: notre corps physique est engagé dans une action concrète du présent mais notre psychisme est accaparé par une idée, des images internes, des sensations ou des émotions déconnectées de la réalité extérieure.

Les bienfaits de l’hypnose clinique

Cet état est essentiel pour notre équilibre psychique et émotionnel. En effet, il est important que le cerveau rationnel, le conscient actif, soit mis régulièrement au repos. C’est ce que l’on appelle le « lâcher prise », c’est à dire à arriver à « entendre sans écouter ». Dans cet état particulier de flottement de l’attention, nous avons un accès facilité à nos ressources non conscientes: le travail de synthèse de la mémoire est optimisé, la créativité, et les capacités d’apprentissage sont décuplées.

Pour illustrer ces effets, nous pouvons utiliser la métaphore de la « flamme intérieure ». C’est cette flamme qui nous permet de rêver, de céer, d’inventer des solutions, de nous motiver, d’avoir confiance en nous et en notre instinct, en un mot de « rayonner ». Or il nous arrive face au stress du quotidien ou suite au vécu d’évènements difficiles d’avoir une flamme diminuée car elle nous pousse à vivre trop d’émotions qui nous paraissent incontrôlables. Dans ces situations nos soucis envahissent notre esprit: plus on réfléchit à nos problèmes et moins on trouve de solutions. Nous nous sentons parfois dans une impasse, les ruminations mentales nous immobilisent, notre « flamme » est asphyxiée.

Le processus hypnotique active un état d’intense relaxation physique et de concentration mentale. Il s’opère un lâcher-prise de l’esprit d’analyse: la perception de ce que nous vivons est modifié, ce qui nous permet d’être plus ouverts sur nous-mêmes ainsi qu’au changement. Nous sommes de nouveau capables de rallumer et faire croitre notre « flamme  intérieure».

Qu’en pensent les neuroscientifiques?

Les récents progrès en imageries médicales ont permis de mettre en lumière plus précisément les effets de la transe hypnotique sur le fonctionnement cérébral. De nombreuse études à ce sujet ont vu le jour durant la dernière décennie, dont celle de cette équipe Belge¹ qui a révélé les zones cérébrales mobilisées durant un exercice d’hypnose.

Lorsqu’une personne se remémore un souvenir agréable durant une transe hypnotique, ce souvenir est “vécu par les sens” d’une manière très précise: avec des parfums, des détails de couleurs, de mouvements et de sensations. En enregistrant l’activité cérébrale d’une personne durant ce genre d’exercice grâce à un IRMf, il a été mis en évidence que le volume de matière grise mobilisé au niveau du cortex durant la remémoration de ce souvenir lors de la transe est 5 à 6 fois plus important que si on décrivait ce même souvenir dans un état de conscience habituelle. De même, les résultats ont montré que la mémoire est jusqu’à 5 fois plus puissante pendant la transe hypnotique qu’elle ne l’est à l’état normal. Les changements de l’activité neuronale durant la transe hypnotique sous-tendent une attention focalisée comme sous l’effet d’un téléobjectif: ce que l’on perçoit est beaucoup plus détaillé, mais on prête moins attention aux stimuli extérieurs.

Une autre étude menée au début des années 2000 ² a montré une influence de la pratique de l’hypnose sur le corps calleux. Le corps calleux réunis le cerveau droit et le cerveau gauche et favorise les échanges d’informations entre ces 2 hémisphères. Les personnes qui ont un corps calleux développé rentrent plus facilement dans le processus hypnotique car ils sont capables d’utiliser la complémentarité de leurs deux hémisphères d’une manière active et dynamique. A l’inverse, lorsque le corps calleux est de petite taille: le fonctionnement des deux hémisphères est pratiquement séparé, l’activation de la transe hypnotique sera moins favorisée. Heureusement on peut déduire de ces résultats qu’il est possible d’augmenter la taille de notre corps calleux grâce à la pratique de l’autohypnose: ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour notre vivacité d’esprit!

¹ P. Maquet, S. Laureys, ME Faymonville, Biol Psychiatry 1999; 45:327
² JE Horton et coll. Brain 2004, 1741-1747

L’auto-hypnose

L’hypnose est un apprentissage. La répétition régulière du processus permet à chacun de pouvoir entrer avec de plus en plus d’aisance et de rapidité en hypnose : comme pour un sport, plus on s’exerce et plus on progresse !

Certains chercheurs en hypnose considèrent que toute hypnose est auto-hypnose dans la mesure où le sujet hypnotisé est, en dernier recours, celui qui décide du déroulement de la transe. Il existe de nombreuses vidéo accessibles en ligne qui pourront vous apprendre à pratiquer l’autohypnose. La manière la plus sûre d’apprendre est de faire quelques séances en cabinet: afin d’expérimenter les exercices, de repérer les signes de transe, la façon dont se déroule la séance. Il vous sera ensuite plus aisé de reproduire volontairement le processus de transe hypnotique afin d’accéder directement à vos ressources et capacités qui vous aiderons à surmonter les obstacles du quotidien.

Le déroulement d’une séance

Une séance dure environ 45 minutes. Un entretien préalable est nécessaire afin de comprendre la problématique du patient et repérer les ressources qu’il peut utiliser pour favoriser l’activation de la transe hypnotique. L’exercice commence ensuite par une phase d’induction qui active le processus hypnotique, une phase de travail thérapeutique qui traite la problématique définit par l’objectif de l’exercice du jour, et une phase de sortie de l’état hypnotique. L’exercice sera suivi de la prescription de nouveaux exercices à pratiquer chez soi en autohypnose.

N’importe qui a la capacités d’activer un processus de transe hypnotique. Il existe cependant des contre-indications pour la plupart des troubles psychiatriques graves: comme les états psychotiques, les démences modérées à sévères, les états de mélancolie, la schizophrénie… C’est alors le médecin psychiatre référent du patient qui évaluera les possibilités de pratiquer pour lui de tels exercices.